Communiquer avec son cheval : les principes de base

En tant que propriétaire, vous devez avoir une connaissance de base de votre cheval et de son langage corporel. Mais il se peut que parfois vous vous sentiez perdu face à certains comportements. Plutôt que vous dire qu’il n’a tout simplement pas envie ou qu’il vous teste, pourquoi ne pas aller plus loin et comprendre le comportement de votre équidé afin de vous faire comprendre par lui en retour ?

Respect et compréhension mutuelle

Pour tout propriétaire et éleveur, il est important de comprendre les besoins et le langage corporel de son cheval. Le but est de lier une amitié et développer une complicité avec son cheval en douceur, sans pour autant se laisser dominer par celui-ci. Les bases de votre relation se trouvent principalement dans le travail à pied et cela commence par le respect des distances entre vous et votre animal. Ce dernier doit comprendre parfaitement sa position de suiveur. Vous devez donc faire preuve d’autorité, de patience et de persévérance.

Le langage vocal, gestuel et tactile pour se faire comprendre par son cheval

Plusieurs moyens nous permettent de communiquer avec notre cheval. La communication gestuelle est sans doute la plus intuitive pour le cheval. C’est non moins la plus facile à comprendre pour l’animal. C’est donc cette aide qui est la plus utilisée dans le cadre du travail à pied, sans qu’il soit nécessaire de prévoir un apprentissage particulier au préalable.

Cependant, le toucher est le mode de communication que nous utilisons intuitivement. Pourtant, l’équidé peut mal le vivre. Souvent, il le ressent comme une agression et se défend dans un réflexe d’opposition. Cela arrive généralement lors du travail à pied et à cheval. Il faut noter cependant que le travail monté repose à 100% sur les aides tactiles.

L’aide vocale est probablement la meilleure alternative si vous ne voulez pas prendre le risque de faire peur ou contrarier votre cheval. Sachez cependant que ce moyen de communication exige plus de discipline et de rigueur que les autres, notamment si vous comptez ne pas utiliser ces derniers. La voix est importante, même pour les banalités comme le nom de votre cheval.

La peur

II s’agit d’un problème assez récurrent chez les équidés. Plusieurs méthodes sont utilisées par les dresseurs. La méthode dite Saint Vau par exemple est l’une des plus utilisées. Elle permet de dire non au cheval sans entrer en conflit avec lui.